La communication non-violente pour une bonne ambiance à la maison

La communication non-violente pour une bonne ambiance à la maison

Adopter les bases de la communication non-violente permet de contribuer au bien-être de chaque membre de la famille. Oreille bienveillante. Communication. Empathie.

La communication non-violente est une forme de communication compatissante qui apporte des changements positifs dans la vie de famille. On l'appelle aussi “communication basée sur les besoins”.

 

En tant que parents, vous adoptez la CNV lorsque vous décrivez la situation observée et les émotions que vous ressentez. Pour la maîtriser, il est essentiel d’identifier vos besoins et la demande que vous souhaitez effectuer.

 

En optant pour la communication non-violente, vous oubliez le langage du blâme, le jugement et la domination. “Tu t’es ENCORE trompé dans ta dictée”, “Fais tes devoirs, sinon je me fâche”, “C’est comme ça et pas autrement !”

 

Ces phrases vous disent-elles quelque chose ? Grâce à la méthode CNV, vous contribuez au bien-être de chaque membre du foyer, tout en satisfaisant vos propres besoins.

 

Pourquoi utiliser la communication non-violente au quotidien ?

Comment éviter les situations de crise en milieu scolaire ou à la maison ?

Quels sont les trucs et astuces pour communiquer autrement avec vos enfants ?

 

Découvrons dès à présent la CNV !

Quelle est l’origine de la communication non-violente?

 

Marshall Rosenberg est le psychologue américain qui propose les premiers conseils contribuant à une meilleure communication.

 

Inspiré par la non-violence du Mahatma Gandhi, il élabore vers 1960 une nouvelle approche favorisant les relations. Durant de nombreuses années, il teste son processus de communication via son travail quotidien. Il publie ses principes dans un livre en 1999.

 

Grâce à sa collaboration avec des éducateurs et des collègues du monde entier, il développe ensuite de nouveaux outils pédagogiques liés au modèle de la CNV.

 

De nos jours, la portée de la communication non-violente s'est largement étendue.

 

Elle est pratiquée dans des domaines tels que :

- la croissance personnelle ;

- la thérapie ;

- l'éducation ;

- la gestion d'entreprise.

Quelles sont les étapes essentielles du modèle CNV ?

La communication non-violente, ça s'apprend !

La première étape vers ce mode de communication sain se base sur deux compétences principales.
 

Écouter avec empathie

Exprimer honnêtement

Observations

ses observations

Sentiments

ses sentiments

Besoins

ses besoins

Demandes

ses demandes

 

• Les observations

Une observation est essentiellement un souvenir de quelque chose qui a été perçu sans être jugé.

Comment exprimer votre observation à votre enfant ?

Lorsqu’il revient à la maison avec un pantalon troué, vous pouvez dire à votre enfant : “J’ai remarqué que tu rentres de l’école avec un trou dans ton pantalon. Ce n’est normalement pas dans cet état que tu reviens. Que s’est-il passé ?”

Un résultat positif

Ce compte-rendu objectif des événements permet d’éviter une partie de la tension qui pourrait s'accumuler autour de jugements plus réactifs du genre : “Tu as encore fait des trous dans ton pantalon ??!”

 

En exprimant honnêtement vos observations, vous contribuez à une communication respectueuse et à une écoute empathique de votre interlocuteur.

 

• Les sentiments

Les sentiments sont ce qui vit à l’intérieur de nous et ce qui se passe dans l'intimité de notre cœur. Ils sont d’ordre purement émotionnel ou intellectuel.

Liste de sentiments les plus fréquents

- être heureux ;

- être bouleversé ;

- être intrigué :

- être en colère ;

- être étonné ;

- être triste ;

- être déçu.

Comment exprimer votre sentiment à votre enfant ?

“Je suis étonné que tu rentres avec un pantalon troué”.

“Je suis triste que tu reviennes avec des trous dans ton pantalon”.

Un résultat positif

En exprimant honnêtement vos sentiments, votre enfant vous écoute et comprend votre ressenti.

 

• Les besoins

Ce sont les pulsions qui nous motivent dans les différents aspects de la vie.

Prendre un verre d’eau lorsqu’on a soif, ou se réchauffer quand on a froid sont des besoins naturels.

Les besoins sont personnels. L’achat d’une voiture de sport répond à un besoin chez certains et l’obtention d’un travail proche de l’école des enfants satisfait le besoin de nombreux parents.

De façon générale, nos sentiments nous guident vers nos besoins (désirs et souhaits).

Comment exprimer votre besoin à votre enfant ?

“Je souhaite que tu sois plus attentif. Cela me déçoit que tu rentres avec un pantalon troué”.

“J’aimerais que tu fasses plus attention. Cela m’attriste que ton pantalon soit troué”.

Un résultat positif

Formuler honnêtement vos besoins à votre petit monstre, vous permet de le mettre devant le fait accompli.

 

• Les demandes

La demande est l’action nécessaire pour répondre aux besoins.

Demander quelque chose que l'enfant ne peut pas vous donner n'est pas efficace.

“Arrête de rentrer avec des trous dans tes vêtements, j’en ai marre !”

Comment exprimer votre demande à votre enfant ?

Donner à votre petit un acte concret avec lequel travailler, dans un laps de temps défini, peut être la solution au besoin.

“Tu rentres avec un pantalon troué. Je te demande de m’aider à le réparer ce week-end”.

Un résultat positif

L’étape de la demande fonctionne très bien lorsqu’elle fait suite aux trois étapes du modèle de communication non-violente. Elle vous permet de commencer à rechercher des stratégies et des solutions répondant à la situation.

 

• Résumé des étapes essentielle pour une communication non-violente

Suivez ce plan pour exprimer vos limites aux enfants.

  Faites une observation claire et neutre de ce qui s'est passé dans le monde extérieur.

  Ciblez les sentiments qui surgissent en vous en réaction à la situation.

  Identifiez vos besoins sous-jacents se rapportant à ces sentiments.

  Effectuez des demandes claires d'actions qui satisfont ces besoins.

Les mots sont des fenêtres : utilisez le bon vocabulaire

Lorsque vous exprimez votre demande à votre enfant :

- concentrez-vous sur ce que vous voulez plutôt que sur ce que vous ne voulez pas ;

- faites-en sorte de choisir les bons mots ;

- soyez précis et concret ;

- ne soyez pas critique ;

- oubliez l'agressivité ;

- ne culpabilisez pas votre petit.

 

N’hésitez pas à faire répéter votre demande par votre enfant afin de vous assurer de sa bonne compréhension.

Remerciez-le.

Quelle position adopter lors de votre communication non-violente ?

“Tu n’y arriveras jamais”.

“Tu fais tout le temps des bêtises”.

“J’en ai marre de toi !”

 

Il arrive que nous soyons énervé et que ce genre de phrases sorte de notre bouche de manière violente. Ces mots sont le signe d’une mauvaise communication. Ils entretiennent un climat de tension à la maison.

 

Lorsque vous les exprimez, vous êtes en mode “chacal”.

 

Mode “chacal”

Être sur la défensive

Juger

Critiquer

Menacer

Refuser

 

Pour établir des échanges avec bienveillance et efficacité avec vos enfants, testez la communication non-violente.

 

Passez en mode "girafe" !

 

Mode “girafe”

Prendre de la distance

S’affirmer

Être à l’écoute de soi

Être à l’écoute de l’enfant

 

Quels sont les principes de la CNV ?

Il n’existe pas de définition précise de la méthode de communication non-violente.

 

Cette dernière se base plutôt sur les principes des relations respectueuses :

1/ Peser nos mots.

2/ Soigner nos paroles.

3/ Être à l’écoute de nos émotions et de nos besoins.

4/ Être à l’écoute des émotions et besoins de l’enfant.

La communication non-violente, cela se pratique !

Nous ne sommes malheureusement pas toujours conscients de la violence de nos mots.

Une communication bienveillante peut facilement être apprise via des jeux.

 

Créez, par exemple, une liste de besoins en famille. L’objectif est que chacun identifie ses besoins fondamentaux et évalue dans quelle mesure ces derniers sont satisfaits.

 

Demandez à votre enfant à quel moment il ressent ce besoin. Imaginez, ensemble, une action concrète pour le combler.

 

Donnez-vous pour mission de le réaliser dès que c’est possible.

 

Être bienveillant via le dialogue et la compassion s’apprend aussi avec des formateurs ou via un programme de coaching.

 

Grâce à une oreille bienveillante et une bonne communication avec l’autre, vous adoptez vous aussi la méthode de communication non-violente !

 

Pour aller plus loin :

 

 


Partager sur :
  
Comment éviter et gérer les crises chez l’enfant
Comment éviter et gérer les crises chez l’enfant

Les crises de frustration et de colère d’un enfant sont difficiles à gérer. Comment éviter cris et pleurs via des gestes simples ? Que faire pour apaiser l’enfant ?

Les bases d’une communication positive en famille
Les bases d’une communication positive en famille

Oublier les expressions négatives. Proposer des solutions acceptables. Écouter activement. Adopter la bonne posture. Découvrir les bases d’une communication positive.

Gérer les émotions négatives de nos enfants
Gérer les émotions négatives de nos enfants

Comprendre l’origine du caprice. Est-ce une impulsion ou un aléa de l’enfance ? Conseils pour une parentalité positive et une approche bienveillante des caprices.