Les bases d’une communication positive en famille

Les bases d’une communication positive en famille

Oublier les expressions négatives. Proposer des solutions acceptables. Écouter activement. Adopter la bonne posture. Découvrir les bases d’une communication positive.

“Cédric, j’ai l’impression que tu ne respectes pas mon travail quand je vois tes chaussures en plein milieu du chemin. Tu veux bien les ranger s’il te plaît ?”

“Luna, si tu ne vas pas te coucher maintenant, j’ai peur que tu sois fatiguée demain. Je t’aide à te brosser les dents pour gagner du temps ?”

“Tu ne peux pas jouer comme ça avec ta nourriture, mange !”

Le pouvoir de la communication et des mots est fort.

La façon dont nous nous exprimons influe la réponse que nous sommes susceptibles d’obtenir. Cela vaut dans tous les contacts que nous entretenons.

Les ordres, critiques et phrases négatives sont, en général, à l’origine de tension, de friction ou de réponse allant dans le même sens.

L’expression des sentiments, l’écoute empathique et l’ouverture d’esprit permettent d’exprimer ses besoins et de favoriser les relations.

La communication positive : une compétence clé à la maison

La communication se travaille dès la naissance.

Le premier cri d’un bébé fait savoir à sa maman qu’il est enfin arrivé au monde.

Au fil du temps, le petit développe son sens de la communication afin de s’exprimer, clairement et avec confiance, dans tous les domaines de la vie.

Au fil du temps, l’enfant apprend à communiquer en regardant, en écoutant et en imitant ses parents. Si ses modèles ont des gestes brusques, élèvent la voix ou s’énervent, il risque bien de s’exprimer de la même façon.

Parler avec assertivité et de façon bienveillante à son enfant lui apporte un bel exemple du mode de communication positif. D’ailleurs, au plus tôt on dialogue de la sorte avec lui, au plus vite il développe cette compétence.

Adopter la technique de communication positive permet aux plus jeunes d'acquérir les bases essentielles à des relations respectueuses. Aussi bien au niveau professionnel que privé.

Les atouts de la communication positive

Elle met de côté chaque expression négative

Reproche, jugement, agressivité, émotion négative, ordre, manipulation ou propos humiliant ne font pas partie de cette technique de communication. Celle-ci se base sur la communication non-violente (CNV) du psychologue américain Marshall Rosenberg.

“Ne touche rien dans le magasin sinon je me fâche ! “

Un dialogue bienveillant se traduit par :

“Il y a beaucoup d’objets fragiles dans le magasin. On va faire attention à ne rien faire tomber d’accord ?”

Grâce à ce processus de communication, l’enfant va mieux coopérer et ne toucher à rien.

“Tu ne peux pas traverser sans me donner la main.”

L’intention bienveillante est :

“Je préfère qu’on traverse ensemble et que tu me donnes la main. La route est trop dangereuse.”

Elle cherche des solutions acceptables à chacun

L’objectif principal de la communication respectueuse est d’appréhender positivement chaque relation pour construire un dialogue constructif. Pour cela, on va :

  • éviter toute possibilité de conflit ;
  • pratiquer l’écoute active ;
  • comprendre les contraintes et besoins de chacun.

Ainsi, la phrase :

“Tu ne peux pas jouer au ballon chez tes grands-parents, n’insiste pas.”

se transforme en langage positif par :

“Ton grand-père adore jouer aux jeux de société. Ça te dit qu’on fasse une partie de Monopoly ou de Trivial Poursuit avec lui ce week-end ? Ça sera plus chouette que de jouer au ballon !”

Elle opte pour le positif

Si l’on part du principe que le négatif engendre du négatif, on peut conclure que le positif apporte … du positif !

Constructive, la communication bienveillante fait preuve d’empathie. Elle mène généralement à une ambiance plus conviviale et spontanée. Soigner son langage et exprimer ses émotions a donc une influence bénéfique sur le bien-être des interlocuteurs.

“J’ai passé une mauvaise journée au travail mon cœur, je suis fatiguée.

Tu viens m’aider à plier le linge ? Je gagnerais du temps grâce à toi.”

Elle assure une entente relationnelle parfaite

Grâce à une bonne communication au quotidien, on s’assure de la parfaite compréhension de chaque membre de la famille.

“Fais tes devoirs sinon tu vas encore avoir de mauvaises notes !”

Cette expression négative se traduit, en communication bienveillante et non-violente, par :

“J’ai rencontré ton professeur au supermarché.

Elle m’a dit que tu avais fait beaucoup d’efforts lors de la dernière dictée. Je suis certaine que si tu continues sur cette lancée, tu auras de belles notes !”

On préfère formuler l’objectif à atteindre non pas par un ordre, mais par une tournure positive et un encouragement.

Trucs et astuces pour une communication positive à la maison

Choisir un langage bienveillant

Pour communiquer efficacement, on sélectionne un langage type.

Les mots à consonance positive passent mieux à l’esprit. Il est donc recommandé de :

Dire ce qu’il faut faire

“Reste sur le trottoir quand tu roules à vélo.”

“Quand tu dessines, c’est seulement sur des feuilles de papier s’il te plaît.”

On ne mentionne donc pas ce qu’il ne faut pas faire.

Adopter des expressions engageantes

“Je suis certaine qu’en relisant l’énoncé de ton devoir, tu vas trouver la solution au calcul."

“Tes copains vont être super jaloux de voir que tu as aussi bien rangé ta chambre ! Tu veux qu’on vérifie ensemble si tout est bien à sa place ?”

On oublie les jugements et critiques.

Oser dire son ressenti et la vérité

“Si on t’achète cette voiture électrique, on ne pourra pas partir en excursion à la fin du mois. Qu’est-ce que tu préfères ?”

“Je ne suis vraiment pas en forme. Tu veux bien jouer calmement et me laisser me reposer un peu ?”

On laisse de côté les mensonges.

Expliquer et anticiper

“Cet après-midi, on a rendez-vous chez le dentiste.

Pour soigner ta carie, il va te faire une piqûre. Cela ne fait pas mal, mais ce n’est pas très agréable. Après, il va utiliser un appareil qui fait du bruit, mais qui te permettra de ne plus avoir mal à la dent. Je resterai à côté de toi. Si tu veux, on peut emmener ta poupée avec nous pour qu’elle ne soit pas seule à la maison.”

On ne minimise pas les choses délicates à dire.

Exprimer des demandes claires

“Demain, on va manger chez mamie. Tu te rappelles que la dernière fois, j’ai été déçue par ton comportement ? Je serai super fière de toi si tu te comportes bien pendant le repas.

Je peux compter sur toi ?”

L’enfant comprend exactement ce qu’on attend de lui.

Adopter l’écoute active

Prendre le temps d’écouter les besoins et le point de vue de l’enfant est un critère de base dans la communication constructive.

Comprendre ce qui le motive nous permet une meilleure interaction.

Le questionnement et la reformulation nous assurent d’avoir bien compris.

On prend aussi le temps de répondre et de penser les choses avant de dire une phrase avec tact et diplomatie.

Dans le cas où on estime avoir commis une erreur, il vaut mieux s’excuser auprès du petit. Lui expliquer que l’on s’est trompé et reformuler ce que l’on voulait dire. C’est idéal pour renforcer la relation de confiance.

Faire attention au langage corporel et la gestuelle

  • veiller à toujours garder un contact visuel pendant la discussion (faceà-face) ;
  • s’abaisser ou s’asseoir pour ne pas dominer le petit (bonne posture) ;
  • maintenir un contact physique (donner la main, poser sa main sur son épaule…) ;
  • adopter une expression encourageante et non un visage reflétant un rasle-bol.


Mieux communiquer : pour une efficacité relationnelle

La pratique de l’écoute et la communication avec les enfants, cela s’apprend petit à petit.

Pour celles et ceux qui souhaitent clarifier et comprendre la communication active, il existe des séances de coaching permettant d’apprendre :

  • les techniques d’écoute ;
  • la relation constructive ;
  • la communication verbale ;
  • l’approche bienveillante.

 

 


Partager sur :
  
Comment éviter et gérer les crises chez l’enfant
Comment éviter et gérer les crises chez l’enfant

Les crises de frustration et de colère d’un enfant sont difficiles à gérer. Comment éviter cris et pleurs via des gestes simples ? Que faire pour apaiser l’enfant ?

Gérer les émotions négatives de nos enfants
Gérer les émotions négatives de nos enfants

Comprendre l’origine du caprice. Est-ce une impulsion ou un aléa de l’enfance ? Conseils pour une parentalité positive et une approche bienveillante des caprices.

Adopter l’écoute active et bienveillante à la maison
Adopter l’écoute active et bienveillante à la maison

L’écoute active renforce la qualité des relations familiales. Découvrez 5 techniques de communication permettant d’aller vers une écoute bienveillante et empathique.